Après une année 2020 déjà difficile, le début d’année n’a pas fait de cadeaux à l’Indonésie. Alors qu’il lutte contre la flambée des cas de coronavirus, l’archipel asiatique a été confronté à un tragique accident d’avion qui a tué les 62 personnes à bord, ainsi qu’à des inondations et des glissements de terrain. Puis un tremblement de terre meurtrier, douloureux rappel des drames récurrents du pays, a tué des dizaines de personnes, avant qu’un volcan n’entre en éruption ce week-end. Tout cela en l’espace de deux semaines, rapportait Vice le 18 janvier.

L’année 2021 a débuté sous de tragiques hospices avec la perte du vol 182 de Sriwijaya Air, le 9 janvier. Le Boeing 737 est tombé quelques minutes après son décollage de la capitale Jakarta, s’abîmant dans la mer. Puis le mauvais temps s’est déchaîné, avec des pluies diluviennes provoquant crues, inondations et glissements de terrain. Près de 70 000 personnes ont été évacuées, et plus d’une centaine ont péri suite aux intempéries. Puis le 15 janvier, un tremblement de terre massif a touché Célèbes, une île du nord, enregistrant une magnitude de 6,2 sur l’échelle de Richter.

Les conséquences du tremblement de terre et des glissements de terrain ont été dévastatrices, d’après Saidar Rahmanjaya, directeur d’une association locale de recherche et de sauvetage. Les routes et les infrastructures ont été endommagées et des pannes d’électricité à grande échelle ont également eu lieu. « On pense également que de nombreuses personnes sont encore piégées sous les décombres », dit-il. Le directeur adjoint de l’agence de météorologie indonésienne Guswanto n’est pas plus optimiste : « On prévoit que des conditions météorologiques extrêmes se poursuivront au cours des prochains jours dans plus de dix provinces et pourraient entraîner davantage de crues et de glissements de terrain. »

Après ces événements chaotiques, c’est le Semeru qui a trouvé que c’était le bon moment pour se réveiller. Le volcan est situé sur l’île de Java, la zone la plus peuplée d’Indonésie. Si aucun ordre d’évacuation n’a été donné pour l’instant, l’éruption a provoqué des colonnes de cendres pouvant atteindre 5,6 km. Le volcan est particulièrement surveillé depuis mai dernier à cause d’une activité suspecte. Mais c’est loin d’être le seul danger de l’archipel. Actuellement, les sismologues gouvernementaux surveillent plus de 120 volcans actifs…

Source : Vice