fbpx

La première ville martienne sera construite sous un dôme de verre, selon Elon Musk

par   Sarah Ben Bouzid   | 20 novembre 2020

Le PDG de SpaceX Elon Musk a déjà fait part de son projet de colo­ni­ser Mars en y envoyant un million de personnes d’ici 2050. Il vient de préci­ser son ambi­tion, desti­née à faire de l’hu­ma­nité une espèce multi-plané­taire, en expliquant que les premières villes martiennes seraient construites sous des dômes de verre pour les proté­ger des radia­tions, en atten­dant qu’une terra­for­ma­tion soit possible, a annoncé Inverse le 19 novembre.

C’est dans une réponse à un tweet publié par un de ses abon­nés Twit­ter le 18 novembre que le milliar­daire a annoncé cette alter­na­tive. « On vivra dans des dômes de verre au départ. Et plus tard, elle sera terra­for­mée pour accueillir la vie, comme sur Terre. »

Les scien­ti­fiques et auteurs de science-fiction songent depuis long­temps à la terra­for­ma­tion comme moyen de permettre aux humains de respi­rer l’air à la surface d’autres planètes en toute sécu­rité. Mais cette vision est encore un rêve loin­tain qui ne pourra jamais être prêt pour les premières bases martiennes, et Musk le sait bien.

« La terra­for­ma­tion sera trop lente à mettre en place pour être un option viable de notre vivant », a écrit Musk dans un autre tweet. « Cepen­dant, nous pouvons y établir une base humaine de notre vivant. Au moins, une future civi­li­sa­tion spatiale, en décou­vrant nos ruines, sera impres­sion­née par le fait que les humains soient allés aussi loin. »

En atten­dant que la terra­for­ma­tion se produise, Musk conti­nue de pour­suivre son rêve d’éta­blir une présence perma­nente sur Mars. Il a déjà affirmé qu’a­vec l’aide de mille vais­seaux spatiaux et des fusées massives qui, selon lui, pour­ront trans­por­ter jusqu’à 100 tonnes de marchan­dises ou 100 passa­gers entre les planètes tous les deux ans, une ville martienne durable pour­rait être établie. En atten­dant, si tout se passe bien pour l’am­bi­tieux plan d’Elon Musk, le premier vais­seau spatial fera route vers Mars dès 2024.

Source : Inverse

Plus de turfu