fbpx

Quelqu’un a gravé « TRUMP » sur le dos d’un laman­tin vivant

par   Adrien Vlahovic   | 12 janvier 2021

Un laman­tin à qui l’on a gravé le nom de « Trump » dans le dos a été retrouvé dans la rivière Homo­sassa, en Floride, au cours du week-end. Suite à la révé­la­tion des images, les auto­ri­tés ont ouvert une enquête sur cette muti­la­tion inquié­tante d’un animal menacé, rappor­tait le New York Times ce 11 janvier.

Ce mammi­fère lent à sang chaud cherche refuge le long du litto­ral du comté de Citrus, dans l’État de Floride, ce qui les rend acces­sibles aux nageurs et aux plai­san­ciers. Mais l’ani­mal est protégé par la loi sur les espèces en voie de dispa­ri­tion, ce qui n’a pas semblé déran­ger l’agres­seur. Pour les biolo­gistes marins, il est diffi­cile d’éva­luer les dommages causés au laman­tin des Indes en utili­sant unique­ment les images de la vidéo.

« C’est un peu diffi­cile de voir l’am­pleur des dégâts causés sur la vidéo », a déclaré dans un e-mail Ruth Carmi­chael, profes­seur de sciences marines à l’uni­ver­sité de South Alabama. Mais pour elle, cela n’amoin­drit en rien la gravité de l’agres­sion : « C’est une agres­sion malgré tout. Si la grif­fure a péné­tré la peau, elle a proba­ble­ment causé de la douleur et du stress au laman­tin. Ces animaux ont des nerfs et des poils senso­riels sous la peau. De plus, des plaies ouvertes pour­raient s’in­fec­ter. »

Aux États-Unis, tout harcè­le­ment d’une espèce proté­gée équi­vaut à une infrac­tion passible d’une amende de 100 000 dollars (82 000 euros) et d’un an d’em­pri­son­ne­ment. Bien qu’on ne sache toujours pas quand ni comment le laman­tin a été mutilé – ou si l’enquête en cours a permis d’ob­te­nir des pistes sur les auteurs –, les images de l’ani­mal ont suscité l’in­di­gna­tion partout où elles ont été diffu­sées.

Source : The New York Times

Plus de monde