fbpx

Un morceau de glacier plus grand que Paris s’ef­fondre dans la mer au Groen­land

par   Sarah Ben Bouzid   | 15 septembre 2020

Un bloc de glace long de 113 km, plus grand que la ville de Paris, s’est déta­ché du glacier Nioghalvfjerd­sfjor­den au nord-est du Groen­land. Selon les scien­ti­fiques du Service géolo­gique du Dane­mark et du Groen­land (GEUS) lundi 14 septembre, la situa­tion catas­tro­phique est dû à l’élé­va­tion des tempé­ra­tures dans la zone du plus grand glacier d’Arc­tique.

Ce phéno­mène était prévi­sible compte tenu de la hausse des tempé­ra­tures moyennes dans la région mais non moins inquié­tant. « Nous devrions vrai­ment nous préoc­cu­per de cette désin­té­gra­tion progres­sive de la plus grande barrière de glace subsis­tant dans l’Arc­tique », a déclaré Jason Box, profes­seur de glacio­lo­gie au GEUS. « Car en amont se trouve la seule calotte glaciaire impor­tante du Groen­land, qui draine 16 % de son inland­sis. » Une telle fuite contri­bue grave­ment à l’élé­va­tion du niveau des mers dans le monde.

Bien qu’il soit courant que des morceaux de glace se détachent d’un glacier, ils ne sont jamais aussi grands que celui-ci. D’après le GEUS, depuis 1999, le glacier Nioghalvfjerd­sfjor­den a perdu 160 km² de glace, soit plus d’une fois et demie la super­fi­cie de la capi­tale. Et le taux de perte s’est accé­léré au cours des deux dernières années.

« Si nous voyons plus d’étés chauds comme ceux que nous avons connus ces deux dernières années, cela contri­buera davan­tage à l’ac­cé­lé­ra­tion de l’élé­va­tion du niveau de la mer au niveau mondial », a déclaré Jason Box. La fonte de la calotte glaciaire du Groen­land a contri­bué à une augmen­ta­tion du niveau de la mer de 1,1 cm entre 1992 et 2018, selon une étude publiée dans la revue scien­ti­fique Nature en décembre dernier.

Une étude plus récente de l’uni­ver­sité de Lincoln en Angle­terre a prédit que la fonte des glaces au Groen­land pour­rait faire monter le niveau des mers de 10 à 12 centi­mètres d’ici 2100.

Source : Service géolo­gique du Dane­mark et du Groen­land

PLUS DE SCIENCE