fbpx

Les héroïnes sont partout. On les trouve à la Maison des femmes de Saint-Denis comme à Hollywood, dans l'octogone, en Inde, en Arabie saoudite ou au fin fond du Brésil.

par Malaurie Chokoualé Datou | 7 mars 2020

Cela fait main­­te­­nant quatre ans que le bâti­­ment aux aplats de couleurs écla­­tantes est adossé au centre hospi­­ta­­lier Dela­­fon­­taine. Cette Maison des femmes basée à Saint-Denis, au nord de Paris, s’em­­ploie à soula­­ger les maux depuis juillet 2016. Mais il y a du travail partout en France. « Des dizaines de Villes nous ont contac­­tés pour monter un projet simi­­laire et béné­­fi­­cier de nos conseils », indique la fonda­­trice, Ghada Hatem-Gant­­zer. « La dissé­­mi­­na­­tion du modèle est une chose précieuse, mais il faut à chaque fois cher­­cher des finan­­ce­­ments. »

Vendredi 6 mars 2020, le chan­­teur Oxmo Puccino a annoncé qu’il cédait les droits du morceau « Tendre­­ment » à cette struc­­ture qui accueille toutes les femmes vulné­­rables ou victimes de violence pour leur propo­­ser non seule­­ment des soins médi­­caux et un accom­­pa­­gne­­ment juri­­dique, mais égale­­ment des acti­­vi­­tés diverses. Et un dîner de gala sera orga­­nisé à la Station F en parte­­na­­riat avec Big Mamma le 28 avril 2020 afin de récol­­ter 500 000 euros.

Crédits : La Maison des femmes

Seule­­ment voilà, « après le Grenelle des violences conju­­gales de novembre 2019, le gouvernent s’est engagé à finan­­cer des struc­­tures », pour­­suit la gyné­­co­­logue accou­­cheuse franco-liba­­naise. « Il y a eu cette annonce et puis plus rien. Des enga­­ge­­ments ne sont pas mis en oeuvre. » Pour­­tant, la petite soixan­­taine de personnes qui travaille à temps plus ou moins partiel à la Maison des femmes en motive d’autres. « Il y a de plus en plus de gens qui colla­­borent », pointe Ghada Hatem-Gant­­zer. « Je passe beau­­coup de temps à répondre à des jeunes qui ont envie de s’en­­ga­­ger et cherchent à donner du temps, mais on manque de place donc on cherche à s’agran­­dir. C’est une donnée que le gouver­­ne­­ment devrait prendre en compte. »

En plus des juristes et méde­­cins présents, la Maison des femmes propose à son public de rencon­­trer des poli­­ciers formés pour rece­­voir les plaintes de victimes de violences. Elle donne des conseils à propos de la contra­­cep­­tion, de l’IVG, des soins autour d’une exci­­sion, d’un viol ou de violences physiques ou psycho­­lo­­giques, dans le cadre fami­­lial, conju­­gal ou autre. Des ateliers de théâtre, de danse ou de karaté sont aussi orga­­ni­­sés.

Depuis près de 40 ans, Ghada Hatem-Gant­­zer s’in­­té­­resse à la méde­­cine de la violence, et les consé­quences des violences que subissent les femmes sur leur santé n’ont hélas que très peu de secrets pour elle. Lorsqu’elle débarque en France en 1977, Ghada n’a que 18 ans et elle fuit la guerre qui ravage le Liban pour étudier la méde­­cine. La loi sur l’avor­­te­­ment la précède de peu ; plus tard, elle dira d’ailleurs que « Simone Veil a guidé [son] parcours de gyné­­co­­logue ».

Ghada Hatem-Gant­­zer

Fille d’un ingé­­nieur passionné de poésie, elle sait dès son premier stage ce qu’elle veut deve­­nir : gyné­­co­­logue obsté­­tri­­cienne. Son enga­­ge­­ment contre les violences sexuelles sera progres­­sif. C’est en côtoyant dans son travail des femmes meur­­tries de toutes natio­­na­­li­­tés que Ghada se décide à imagi­­ner un refuge. Et ce lieu, elle le veut gai, coloré et bien­­veillant.

« Les femmes ont, et c’est prouvé, ont plutôt tendance à parler de ce qui leur arrive à leur méde­­cin, à leur sage-femme, à leur gyné­­co­­logue », explique-t-elle à Région Île-de-France en rece­­vant le prix Elles de France – Prix Simone Veil en novembre 2018. « À ce titre-là, nous sommes souvent les premiers dépo­­si­­taires de paroles qu’elles n’ont jamais pronon­­cées aupa­­ra­­vant. » À ses côtés lors de la céré­­mo­­nie étaient présentes cinq autres femmes enga­­gées dans la lutte pour les droits des femmes, des enfants, des réfu­­giées ou en faveur du déve­­lop­­pe­­ment de la culture en Île-de-France ; toutes présen­­taient des parcours et des histoires excep­­tion­­nelles.

« Ce que j’aime dans mon métier, c’est sa grande diver­­sité et son impact social », raconte Ghada. « Quand je reçois des adoles­­centes, ce que je peux leur dire autour de leur santé et autour de leur vie [pourra] leur servir un jour de repère. » Aux jeunes filles qui lui disent qu’elles veulent s’en­­ga­­ger, Ghada les encou­­rage avec vigueur « parce que nous avons besoin de toutes ces éner­­gies et de toutes ces femmes qui, petit à petit, s’af­­fran­­chissent d’un système patriar­­cal ».

À l’image de Ghada Hatem, dont le dévoue­­ment et la déter­­mi­­na­­tion ont été maintes fois salués, la France et le reste du monde regorgent d’his­­toires inspi­­rantes de femmes enga­­gées dans la lutte pour les droits des femmes. Depuis ses origines, ULYCES s’em­­ploie à pous­­ser leurs incroyables combats dans la lumière, à l’image des 25 portraits et repor­­tages qui suivent.

EN LUTTE

Comment Malala Yousaf­­zai est deve­­nue un symbole de la lutte pour les droits des femmes

Elle aimait l’école, ils ont tenté de l’as­­sas­­si­­ner pour ça.

Voici les avocates saou­­­­diennes qui se battent pour les droits des femmes dans leur pays

En septembre 2014, Mohra Ferak avait 22 ans et elle était en dernière année à l’uni­­ver­­sité de Dar Al-Hekma, dans la ville portuaire de Djed­­dah. Elle a été solli­­ci­­tée pour un conseil par une femme qui avait entendu dire qu’elle étudiait le droit.

#MeToo en Inde : comment le mouve­­ment a pris son ampleur incroyable

Un an après le début du mouve­­ment, des voix s’élèvent en Inde après le témoi­­gnage d’une actrice de Bolly­­wood. Elle ravive les braises d’une lutte très ancienne.

Comment les femmes souda­­­naises changent le futur de leur pays

Au Soudan, les femmes parti­­cipent aujourd’­­hui à la révolte comme jamais dans l’his­­toire du pays. Pour­­ront-elles chan­­ger l’ave­­nir du pays ?

La dure vie des femmes méde­­­­cins de Moga­­­­dis­­­­cio

Au milieu du couloir prin­­­­ci­­­­pal mal éclairé de l’hô­­­­pi­­­­tal de Bana­­­­dir, à Moga­­­­dis­­­­cio, un panneau indique l’en­­­­trée de la mater­­­­nité. Il y est écrit : « Les femmes ne meurent pas de mala­­­­dies que nous ne savons pas guérir. Elles meurent parce que la société n’a pas encore décidé que leurs vies valent la peine d’être sauvées. »

Crédits : Trocaire

Cette femme méde­­cin se bat pour les femmes en Éthio­­pie depuis 60 ans

Arri­­­­vés d’Aus­­­­tra­­­­lie en 1959 pour y rester trois ans, Cathe­­rine Hamlin et son époux n’en sont jamais partis. Dr. Hamlin a depuis ouvert une clinique qui soigne toutes les femmes.

Ces femmes risquent leur vie pour faire tomber la mafia cala­­­­braise

Une procu­­reure italienne mise sur la rébel­­lion et la coopé­­ra­­tion des femmes de la ‘Ndran­­gheta pour venir bout de cette orga­­ni­­sa­­tion crimi­­nelle tenta­­cu­­laire.

Après l’hor­­reur, ces femmes yézi­­dies font le choix du combat

Après avoir été les témoins, en 2014, du géno­­­­cide de grande ampleur et de l’es­­­­cla­­­­vage sexuel mis en œuvre par Daech, un groupe de femmes yézi­­­­dies a formé un bataillon pour se défendre : les Femmes du Soleil.

Cette femme est en guerre contre le trafic d’or­­­ganes

L’an­­­­thro­­­­po­­­­lo­­gue Nancy Sche­­­­per-Hughes n’a pas étudié une culture isolée et exotique, mais bien de celle d’un marché noir mondia­­­­lisé et inter­­­­­­­con­­­­necté.

Cette femme coiffe gratui­­te­­ment les femmes sans-abri

Shir­­ley Raines est une esthé­­ti­­cienne qui a le cœur sur la main.

DANS LA POP CULTURE

Pourquoi Holly­­­wood traite-t-il si mal les femmes ?

L’atroce affaire Wein­­stein a mis au jour de très vieux démons.

Pourquoi la Sili­­con Valley est-elle si horrible avec les femmes ?

Pourquoi un milieu qui se targue si volon­­­­tiers de progres­­­­sisme se montre-t-il si miso­­­­gyne ?

Cardi B va-t-elle se lancer en poli­­­tique ?

Après avoir soutenu Bernie Sanders et critiqué Donald Trump pendant des années, Cardi B se prépare à faire de la poli­­tique.

Cette femme est la garde du corps des plus grandes stars

Jacquie Davis est la première femme à être deve­­nue garde du corps au Royaume-Uni, et c’est une des meilleurs du monde. De Justin Bieber à JK Rowling, elle assure la sécu­­rité des plus grands VIP

Cette femme sans bras crée des vête­­ments avec ses pieds

Adriana Macias est venue au monde sans bras. Aujourd’­­hui, elle est créa­­trice de mode et fait preuve d’une incroyable dexté­­rité avec ses pieds.

Cette colo est réser­­­vée aux femmes obèses et fières de l’être

Bien­­­­ve­­­­nue au Fat Camp. Cette colo­­­­nie de vacances réser­­­­vée aux femmes obèses, lancée par la styliste et blogueuse Annette Rich­­­­mond, connaît un succès fou aux États-Unis. Les réser­­­­va­­­­tions sont ouvertes.

SPORTIVES

Cette jeune Afghane a imposé le foot fémi­­­nin dans son pays

Khalida Popal était capi­­­­taine de la sélec­­­­tion fémi­­­­nine de foot d’Af­­­­gha­­­­nis­­­­tan. Elle s’est expo­­­­sée aux insultes, au critiques et au menaces pour pour­­­­suivre sa passion et reven­­­­diqué le droit des femmes de faire du sport. Elle a du s’exi­­­­ler pour se mettre à l’abris, mais conti­­­­nue de lutter ce droit.

Khalida Popal

Comment le MMA donne de la force aux femmes

Combat­­tante depuis qu’elle a 15 ans, l’Amé­­ri­­caine Paige VanZant a appris à rendre coup pour coup et rester debout grâce au MMA.

Cette boxeuse iranienne se bat pour les droits des femmes

Sadaf Khadem est la première femme iranienne à être montée sur un ring offi­­ciel. Réfu­­giée en France, elle repré­­sente l’es­­poir pour les femmes iranienne qui combattent dans la clan­­des­­ti­­nité.

Cette maîtresse d’armes indienne apprend aux femmes à se battre depuis 70 ans

Depuis 70 ans, c’est-à-dire depuis qu’elle en a 7, Meenak­­shi Ragha­­van enseigne aux femmes et aux enfants l’art du Kala­­ri­­payattu. Ce puis­­sant art martial origi­­naire du sud de l’Inde est une aubaine pour elles, dans un pays où les femmes sont parti­­cu­­liè­­re­­ment victimes de violences.

Le prochain Lewis Hamil­­­ton sera-t-il une femme ?

Après des décen­­nies de domi­­na­­tion, la caste mascu­­line de la Formule 1 voit enfin les femmes arri­­ver dans son rétro­­vi­­seur.

DANS L’HISTOIRE

Cette femme mili­­tait déjà pour l’éga­­lité femmes-hommes au XVIIIe siècle

Mary Woll­s­to­­ne­­craft est une pion­­nière du fémi­­nisme. Inspi­­rée par l’es­­prit de la Révo­­lu­­tion française, elle publia « Défense des droits de la femme » dès 1792 pour dénon­­cer les inéga­­li­­tés entre les sexes.

Cette femme afro-améri­­caine a traversé seule les USA à moto pendant la ségré­­­ga­­­tion

Bessie String­­­­field est une légende. Motarde aguer­­­­rie, cette femme afro-améri­­­­caine a traversé seule tous les États-Unis, 8 fois, sur sa Harley David­­­­son.

L’ef­­froyable histoire d’Anna Göldi, la dernière « sorcière » d’Eu­­rope

Il y a plus de deux siècles, le 13 juin 1782, la tête d’Anna Göldi roulait sur l’herbe. Accu­­sée de sorcel­­le­­rie, elle posait un problème inso­­luble pour la société patriar­­­­cale d’alors.

Cette fémi­­niste chinoise était imbat­­table en duel au sabre

Qui Jin a quitté mari et enfants à 20 ans pour aller s’ins­­truire au Japon, où elle a appris à manier le sabre.


Couver­­ture : Women’s March.


 

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
udemy paid course free down­load
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
udemy course download free

Plus de monde