Au Japon, des chercheurs étudient les effets de l’entraînement dans une salle de gravité sur le corps humain

par   Malaurie Chokoualé   | 10/08/2018

Depuis les entraînements sous gravité de Vegeta et Goku dans Dragon Ball, nombreux sont ceux qui ont voulu savoir si s’exercer sous une gravité supérieure à celle de la Terre permettrait d’augmenter ses performances physiques. Une équipe de chercheurs japonaise a tenté d’en avoir le cœur net avec cette étude publiée dans le journal de l’université Chubu à Kasugai, dans le centre du Japon.

Selon le professeur Yutaka Hirata, du département de science et technologie robotique de l’université Chubu, un entraînement sous gravité peut avoir des avantages inattendus. Pour son expérience, des sujets ont été placés dans une machine utilisant la force centrifuge pour faire augmenter la gravité à 2 g, soit une force deux fois supérieure à la moyenne. Ils étaient également équipés de lunettes qui déplaçaient leur vue de 17° vers la gauche. Enfin, il leur a été demandé de pointer sur un écran tactile les points rouges qui apparaissaient. Au début, ils manquaient leurs cibles bien évidemment. Mais avec le temps et les essais, leur cerveau a commencé à corriger leur vue erronée et à former les muscles à ce changement de perspective.

Sous une gravité normale (1 g), il a fallu au moins 60 tentatives aux sujets pour coordonner leurs yeux et leurs mains. Sous une gravité portée à deux grammes, il ne leur a fallu qu’une vingtaine de tentatives. L’expérience pour les chercheurs s’est ainsi révélée concluante mais, reconnaissant le coût élevé des machines pour simuler cette gravité, ils ont pensé à un moyen plus simple et plus économique pour obtenir des résultats similaires.

Ils ont augmenté l’éclairage d’une pièce et l’apprentissage s’en est retrouvé accéléré. Ils ont donc conclu que ce n’est pas la gravité en soi, mais bien une augmentation globale des stimuli qui peut aider à développer rapidement un meilleur contrôle musculaire. Ainsi, à moins que vous n’ayez une centrifugeuse sous la main, une excursion chez Brico pour une demi-douzaine de lampe LED fera l’affaire.

Sources : Université Chubu

PLUS DE SCIENCE