Ces astrophysiciens pensent avoir enfin résolu le mystère de la matière noire

par   Dylan Kuperblum   | 05/12/2018
Crédits : Shutterstock

Depuis quatre décennies, les astrophysiciens sont à la recherche de la matière noire. Pour ce faire, de nombreux moyens ont été mis en œuvre, des détecteurs spatiaux aux instruments souterrains. En vain. Mais des scientifiques d’Oxford viennent peut-être de résoudre un des plus grands mystères de la science moderne, rapporte The Independent ce 5 décembre. Le modèle actuel de l’univers, appelé LambdaCDM, suggère qu’il existe des quantités colossales d’énergie et de matière (95 % de l’univers) invisibles à nos yeux et nos technologies actuelles. En effet, les étoiles, les planètes et les galaxies lointaines ne représentent que 5 % de la matière estimée de l’univers. Les 95 % restants seraient donc composés de substances mystérieuses appelées matière noire et énergie noire.

Le Dr Farnes, astrophysicien de l’université d’Oxford, vient de suggérer une nouvelle théorie dans laquelle matière noire et énergie noire peuvent être unifiées en un fluide qui possède « une “gravité négative” repoussant tous les matériaux qui l’entourent ». En clair, il fonctionnerait à l’inverse de la matière normale : si vous le poussez, au lieu de reculer, il sera propulsé vers vous. Le chercheur et son équipe semblent satisfaits des résultats de leurs recherches : « L’énergie noire et la matière noire peuvent être unifiées en une seule substance, les deux effets pouvant être simplement expliqués en tant que matière de masse positive surfant sur une mer de masses négatives », a-t-il déclaré.

Les chercheurs espèrent maintenant que la théorie pourra être testée à l’aide du Square Kilometre Array (SKA), qui est en cours de construction et qui, une fois terminé, sera le plus grand radiotélescope du monde. Selon Darnes, si la théorie s’avère vraie, la question des 95 % introuvables s’avérerait toute simple : « Nous avions oublié un “-” dans l’équation. »

Vue d’artiste du SKA. Crédits : SKA Organisation

Source : The Independent

PLUS DE SCIENCE