Pékin fait tout pour se débarrasser de ses pancartes mal traduites avant les JO d’hiver 2022

par   Laura Boudoux   | 05/12/2018

Pékin peut être déroutant pour un touriste, même quand les inscriptions sont en anglais. Sur la porte des toilettes, on peut lire « pour les faibles uniquement ». En pleine rue, un panneau indique la direction d’un « parc raciste » et un autre proclame carrément « fuck les légumes ». Les traduction sont parfois aussi approximatives que comiques. Pour regagner en crédibilité et mieux accueillir les voyageurs étrangers, la Chine a donc lancé une grande campagne, rapporte le Shangai.ist. À Pékin et ailleurs, les panneaux affichant des traductions incorrectes vont malheureusement être retirés en vue des Jeux olympiques d’hiver, en 2022.

Surnommée le chinglish, cette forme de traduction erronée devrait donc disparaître des lieux publics, au grand dam des visiteurs. En avril 2018, la Ville a même demandé aux habitants de la capitale chinoise de signaler les panneaux mal traduits, sur un site dédié.

En juin 2017, le quotidien britannique The Telegraph signalait déjà que le gouvernement chinois comptait lancer une nouvelle norme nationale en matière de traduction, visiblement très embarrassé par le chinglish. Ces règles doivent s’appliquer dans 13 types de lieux, comme les transports, les centres médicaux, ou encore les banques. « Une grammaire correcte et un vocabulaire approprié doivent être la priorité des traductions anglaises et certains mots et expressions doivent être évités », expliquait alors la nouvelle norme. Il semblerait qu’il y ait encore du travail avant d’être au point pour 2022 !

Sources : Shangai.ist / The Telegraph

AILLEURS DANS LE MONDE