fbpx

Alors que la consommation est en hausse un peu partout dans le monde, ces 110 articles mettent en lumière le monde tout en nuance de la weed.

par Servan Le Janne | 2 avril 2020

Montreal hésite encore. Alors que l’île cana­dienne comp­tait 1991 cas de coro­na­vi­rus (Covid-19), les élus de la ville refu­saient encore d’im­po­ser un confi­ne­ment strict mercredi 1er avril. Alors il y a quelques jours, certains avaient décidé de prendre des mesures eux-mêmes. « On a décidé de se mettre en quaran­taine, on va juste cher­cher de la weed pour les 15 jours », confiait Maureen Duflot, 28 ans, en faisant la queue devant la Société québé­coise du canna­bis (SQDC) de la rue Sainte-Cathe­rine, dans le cœur de Montreal.

Mi-mars, les Néer­lan­dais s’étaient aussi rués sur les coffee shops avant leur ferme­ture, si bien que le gouver­ne­ment avait fina­le­ment décidé de les rouvrir pour éviter la recru­des­cence du marché noir. Aux États-Unis, plusieurs Villes et États ont rangé la vente de weed parmi les « services essen­tiels » afin de permettre aux dispen­saires de ne pas bais­ser le rideau. Et en France, même si certains s’inquiètent d’une pénu­rie engen­drée par les limi­ta­tions des dépla­ce­ments, il est toujours possible de se procu­rer à fumer illé­ga­le­ment… « Ils viennent avec un masque et des gants, c’est profes­sion­nel », glisse un rappeur basé en banlieue pari­sienne.

Main­te­nant que près de la moitié de la planète est assi­gnée à rési­dence, une partie substan­tielle est tentée d’en­chaî­ner les joints. Désœu­vrée, elle profite du moment pour fumer, ou fume pour ne pas céder à la panique. La marque de bois­son au canna­bis cali­for­nienne Cann a d’ailleurs multi­plié ses livrai­sons par six. « En période d’an­xiété, les gens se tournent toujours vers des vices qui permettent de voir les choses sous un meilleur jour », estime son cofon­da­teur, Luke Ander­son. Pour ajou­ter un peu de lumière dans les foyers, nous avons sélec­tionné une centaine d’ar­ticles sur le monde éblouis­sant du canna­bis.

Mise au vert

À San Fran­­cisco, le gramme de weed est à 25 centimes d’euro pendant le confi­­ne­­ment

Barbary Coast, un dispen­­saire de canna­­bis de San Fran­­cisco, s’est asso­­cié avec le four­­nis­­seur de canna­­bis Sher­­bins­­kis pour mettre en vente le gramme de weed à 25 centimes pendant toute la durée du confi­­ne­­ment.

Pour son confi­­ne­­ment, il achète de quoi rouler 3500 joints de weed

Pendant que certains font des stocks de papier toilette et d’autres de pâtes, Matt Eli, la quaran­­taine, a opté pour sa part pour les stocks de weed.

San Fran­­cisco et New York classent la vente de weed comme « service essen­­tiel » durant l’épi­­dé­­mie

Alors que les commerces ferment les uns après les autres aux États-Unis pour endi­­guer la pandé­­mie de coro­­na­­vi­­rus (Covid-19), certains États et certaines Villes améri­­caines ont classé les boutiques de canna­­bis parmi les « services essen­­tiels ».

En plein confi­­ne­­ment, les Pays-Bas rouvrent leurs coffee shops

Le gouver­­ne­­ment néer­­lan­­dais a décidé de rouvrir peu à peu les coffee shops d’Am­s­ter­­dam pour endi­­guer l’éven­­tuelle recru­­des­­cence du trafic de drogue suite au confi­­ne­­ment.

Les coffee shops sont pris d’as­­saut aux États-Unis et aux Pays-Bas avant le confi­­ne­­ment

Alors que de plus en plus de pays partout dans le monde imposent ferme­­tures et quaran­­taines, les maga­­sins de canna­­bis ont fait le plein aux Pays-Bas comme outre-Atlan­­tique.

La gendar­­me­­rie de l’Ar­­dèche propose de tester votre weed contre le coro­­na­­vi­­rus

La gendar­­me­­rie de l’Ar­­dèche a proposé aux ache­­teurs de canna­­bis, de cocaïne et d’hé­­roïne de tester leurs substances pour véri­­fier qu’elles ne sont pas conta­­mi­­nées par le coro­­na­­vi­­rus (Covid-19).

Sciences et weed

Ces combat­­tants de MMA vont tester la weed pour soigner les trau­­ma­­tismes crâniens

Le canna­­bis contient du CBD, un canna­­bi­­noïde natu­­rel réputé pour ses quali­­tés neuro-protec­­trices.

Cet homme aurait eu une érec­­tion pendant 12 heures après avoir fumé trop de weed

Un homme de 32 ans s’est rendu une première fois à l’hô­­pi­­tal après une érec­­tion doulou­­reuse de 12 heures. Le problème a été rapi­­de­­ment traité par l’équipe médi­­cale, mais deux semaines plus tard, toujours en bonne santé, il est revenu aux urgences avec une érec­­tion qui cette fois a duré plus de six heures.

En Suisse, 5000 adultes vont être choi­­sis pour fumer de la weed pendant 5 ans

Cons­­ta­­tant que 200 000 Suisses violent la loi de 1951 qui inter­­­dit le canna­­bis, le gouver­­ne­­ment a imaginé ce projet il y a un an afin d’en­­vi­­sa­­ger une évolu­­tion de sa légis­­la­­tion.

On peut passer une licence en canna­­bis dans cette grande univer­­sité

Les étudiants de l’uni­­ver­­sité Pueblo du Colo­­rado vont avoir la possi­­bi­­lité de passer une licence en canna­­bis à partir de l’au­­tomne 2020.

Ces scien­­ti­­fiques ont décou­­vert une forme de THC 30 fois plus puis­­sante que l’ori­­gi­­nal

Une équipe de scien­­ti­­fiques italien·­­ne·s vient d’an­­non­­cer la décou­­verte, dans la très sérieuse revue scien­­ti­­fique Nature, d’une nouvelle forme de THC tota­­le­­ment natu­­relle.

Le canna­­bis serait le trai­­te­­ment le plus effi­­cace contre l’en­­do­­mé­­triose, selon cette étude

Le canna­­bis médi­­cal serait le trai­­te­­ment le plus effi­­cace pour les symp­­tômes de cette mala­­die inflam­­ma­­toire chro­­nique affec­­tant envi­­ron 10 % des femmes en âge de procréer.

Ces cher­­cheurs ont décou­­vert que les abeilles adorent le canna­­bis

Au fil de l’étude, ils ont remarqué en outre que ce nombre ne cessait de gran­­dir, signe que les abeilles devaient se passer le mot entre elles.

Cette start-up fabrique des médocs à base de canna­­bis et de cham­­pi­­gnons hallu­­ci­­no­­gènes

En Israël, plusieurs entre­­prises déve­­loppent des médi­­ca­­ments à base de canna­­bis, avec des doses plus ou moins élevées de canna­­bi­­noïdes. Mais Canna­­bo­­tech va plus loin en y ajou­­tant des cham­­pi­­gnons hallu­­ci­­no­­gènes.

Le cher­­cheur qui a décou­­vert le THC vient de créer de l’acide de canna­­bis

Plus de 55 ans après avoir isolé le THC, l’Is­­raé­­lien Raphael Mechou­­­­lam est parvenu à synthé­­ti­­ser des acides de canna­­bis qui pour­­raient avoir de nombreuses appli­­ca­­tions médi­­cales.

Cette mère a dû vendre sa maison pour payer le canna­­bis médi­­cal de sa fille

La Britan­­nique a dépensé plus de 30 000 livres (envi­­ron 35 000 euros) pour Fallon, âgée de 25 ans et atteinte du syndrome de Lennox-Gastaut.

Cette entre­­prise cana­­dienne a inventé la première beuh sans odeur

PURECANN permet­­tra de « réduire consi­­dé­­ra­­ble­­ment » l’odeur du canna­­bis lorsqu’il est brûlé, et rend celle des plantes séchées « pratique­­ment indé­­tec­­table ».

Ces cher­­cheurs ont démon­­tré que le canna­­bis peut aider à soigner le cancer

Des cher­­cheurs indiens de l’Ins­­ti­­tut de biote­ch­­no­­lo­­gie d’Amity expliquent comment le canna­­bis pour­­rait aider à soigner le cancer.

Le gouver­­ne­­ment améri­­cain va faire pous­­ser deux tonnes de weed surpuis­­sante en 2019

Au mois de juillet 2019, les États-Unis ont pris une déci­­sion qui pour­­rait singu­­liè­­re­­ment accé­­lé­­rer les recherches scien­­ti­­fiques liées au canna­­bis. Et contrai­­re­­ment aux cultures gouver­­ne­­men­­tales habi­­tuelles, leurs plantes possèdent des taux élevés de THC et de CBD.

Cette univer­sité paye des cobayes pour fumer de la weed

Les volon­taires doivent être âgés de 21 ans mini­mum (l’âge légal pour fumer du canna­bis) et seront payés 30 dollars la première heure, 10 dollars pour chaque heure de plus passées à subir des tests (prélè­ve­ments sanguins, buccaux, etc.).

Ce scien­ti­fique veut soigner les ulcères avec du piment et de la weed

Srivas­tava, pas Srira­cha. C’est le nom d’un scien­ti­fique améri­cain que ses recherches pous­sées en matière d’ul­cé­ro­lo­gie ont conduit à des résul­tats surpre­nants.

Voilà pourquoi la weed marche aussi bien sur le cerveau

Les effets du canna­bis sur le cerveau sont variables et multiples. Des cher­cheurs de l’iHu­man Insti­tute of Shan­ghai Tech viennent de décou­vrir le rôle du récep­teur humain des canna­bi­noïdes dans cet état de fait. Ils espèrent pouvoir utili­ser cette connais­sance pour contrô­ler les vertus de la marijuana.

Cette mère de famille s’est lancée dans le busi­ness du canna­bis pour sauver son fils

Crédits : Tilray

Direc­trice de la recherche clinique d’une entre­prise spécia­li­sée dans le canna­bis médi­cal, Cathe­rine Jacob­son raconte comment elle a investi l’in­dus­trie pour sauver son enfant.

Cette expé­rience prouve que le canna­bis peut soigner l’épi­lep­sie

Il ne s’agit désor­mais plus d’anec­dotes ou de suppo­si­tions, mais bien de preuves scien­ti­fiques. Une récente étude démontre que le canna­bi­diol (CBD), une molé­cule présente dans le canna­bis, peut trai­ter effi­ca­ce­ment les crises épilep­tiques.

Ce groupe phar­ma­ceu­tique opposé à la weed est le premier produc­teur de canna­bis synthé­tique

Pour le site de préven­tion français Drogue Info Service, le canna­bis de synthèse est beau­coup plus dange­reux que le canna­bis natu­rel, et plus suscep­tible d’en­gen­drer une addic­tion.

Ces nonnes cultivent du canna­bis pour soigner des malades

Accou­trées comme des reli­gieuses vouées au silence monas­tique, ces femmes cultivent le canna­bis du fond de leur vallée nord-cali­for­nienne. Ce qui motive leur petite entre­prise n’est pas la fumette récréa­tive mais bien la pers­pec­tive de pouvoir soigner des malades avec leur herbe.

Léga­li­sa­tion

Trump gracie une mère de famille condam­­née à 20 ans de prison pour trafic de canna­­bis

Cette mère de deux enfants était incar­­cé­­rée pour avoir parti­­cipé à un trafic de canna­­bis. Son rôle : dessi­­ner la carte d’un parc natio­­nal sur une feuille de papier.

Ce Airbnb de la weed propose des loge­­ments pour fumer tranquille à Chicago

À Chicago, dans l’Il­­li­­nois, la plate­­forme de loca­­tion Bud and Break­­fast propose exclu­­si­­ve­­ment des loge­­ments où l’on peut fumer du canna­­bis sans craindre de frois­­ser les proprios.

S’il est élu président, Bernie Sanders léga­­li­­sera immé­­dia­­te­­ment la weed partout aux USA

« Le premier jour de mon mandat, par décret, nous léga­­li­­se­­rons la marijuana dans tous les États du pays », a déclaré le séna­­teur Bernie Sanders.

Il s’al­­lume un joint devant le juge pour protes­­ter contre l’in­­ter­­dic­­tion du canna­­bis

Jugé pour posses­­sion de marijuana, le jeune homme a défendu à haute voix la léga­­li­­sa­­tion du canna­­bis, avant de sortir un teh de sa poche, de l’al­­lu­­mer et d’en prendre une grande bouf­­fée.

L’ex­­pé­­ri­­men­­ta­­tion du canna­­bis théra­­peu­­tique en France débu­­tera en septembre prochain

Sous l’im­­pul­­sion de l’Agence natio­­nale de sécu­­rité du médi­­ca­­ment (ANSM), l’ex­­pé­­ri­­men­­ta­­tion du canna­­bis théra­­peu­­tique débu­­tera dans l’Hexa­­gone en septembre 2020.

La capi­­tale de l’Aus­­tra­­lie léga­­lise le canna­­bis

En Austra­lie, la ville de Canberra est la première à fran­­chir une nouvelle étape en léga­­li­­sant la consom­­ma­­tion de canna­­bis à des fins récréa­­tives.

L’An­­gle­­terre envi­­sage de léga­­li­­ser toutes les drogues

Le Parti travailliste britan­­nique envi­­sage de léga­­li­­ser toutes les drogues au Royaume-Uni, y compris les plus dange­­reuses.

L’État hollan­­dais va produire sa propre weed

Afin de propo­­ser une alter­­na­­tive à la produc­­tion « mafieuse » qui four­­nit les coffee­­shops hollan­­dais, La Haye va bien­­tôt super­­­vi­­ser la produc­­tion de canna­­bis aux Pays-Bas.

Le Luxem­­bourg sera le premier pays euro­­péen à léga­­li­­ser le canna­­bis

Le ministre de la Santé du Luxem­­bourg a confirmé qu’il allait deve­­nir le premier pays d’Eu­­rope à léga­­li­­ser tota­­le­­ment la produc­­tion et la consom­­ma­­tion de canna­­bis.

Faut-il créer un service public de la weed ?

Le canna­bis est toujours prohibé en France, mais des person­na­li­tés du monde écono­mique, médi­cal et poli­tique poussent à la créa­tion d’un service public dédié.

Le marché légal de la weed aux États-Unis pour­rait dépas­ser 20 milliards de dollars d’ici 2020

Une récente étude de l’ArcView Market Research prévoit que le marché légal de la marijuana aux États-Unis pour­rait atteindre le chiffre verti­gi­neux de 21,8 milliards de dollars de ventes annuelles d’ici 2020.

Qui béné­fi­cie de la léga­li­sa­tion du canna­bis en Jamaïque ?

Après des années de tensions, la Jamaïque a dépé­na­lisé l’usage de la plante sacrée des rastas. Une fois tota­le­ment léga­li­sée, seront-ils évin­cés du marché ?

Des plants de canna­bis en Jamaïque
Crédits : DR

Israël veut être à la pointe de l’in­no­va­tion dans l’in­dus­trie du canna­bis

« Nous voulons faire de l’in­no­va­tion en matière de canna­bis une réfé­rence au même titre que les autres secteurs tech­no­lo­giques pour lesquels Israël est réputé. »

Les secrets du busi­ness du concen­tré de canna­bis

À mesure que s’étend la léga­li­sa­tion du canna­bis aux États-Unis, un marché bouillon­nant se forme.

Les mani­gances du lobby de l’al­cool et du tabac améri­cain pour barrer la route au canna­bis

Un pot-de-vin versé par le lobby à des élus du parti Démo­crate aurait servi à alimen­ter la peur liée aux consé­quences d’une possible léga­li­sa­tion géné­ra­li­sée du canna­bis, afin que les poli­ti­ciens s’y opposent.

13 posters alar­mistes de films anti-marijuana

Les États-Unis n’ont pas toujours été permis­sifs avec la marijuana, loin s’en faut. Dans les années 1930 à 1950, c’est carré­ment le cinéma qui se mêlait de la préven­tion, avec des actua­li­tés riche­ment illus­trées.

Les secrets de la reine du shit : rencontre avec la pion­nière des coffee shops d’Am­ster­dam

Créa­trice de la première machine à faire du shit, la septua­gé­naire a passé 14 ans à apprendre la culture du haschisch entre l’Inde et l’Af­gha­nis­tan.

Quand un ancien de la NASA utilise ses skills pour faire pous­ser du canna­bis

Neil Yorio est un ancien cher­cheur de la NASA. Pendant des années, il a travaillé à amélio­rer la vie des équipes de missions spatiales de longue durée.

Trafic de stups

Ce maga­­sin bio vendait de la weed dans des pots de confi­­ture

Alors que des poli­­ciers procé­­daient au contrôle d’un maga­­sin bio de Brie-Comte-Robert, en Seine-et-Marne, ils ont mis la main sur des produits au canna­­bis condi­­tion­­nés sous diverses formes.

Le Morbi­­han va tester l’uti­­li­­sa­­tion de drones pour traquer les dealers

À titre expé­­ri­­men­­tal, le préfet du Morbi­­han va tester des drones auto­­ma­­ti­­sés afin de traquer les dealers et consom­­ma­­teurs de la ville de Vannes.

Près de Marseille, des dealers offrent 50 euros aux habi­­tants d’un immeuble contre leur silence

Les habi­­tants d’un hall d’im­­meuble du quar­­tier Para­­dis Saint Roch, à Martigues, se sont réveillés avec dans leur hall des affiches les inci­­tant à rester discrets quant aux trafics qui s’y déroulent, ainsi qu’un billet de 50 euros dans chacune des 12 boites aux lettres.

Le milliar­­daire Guy Lali­­berté arrêté à Tahiti pour avoir cultivé du canna­­bis

Le fonda­­teur de Cirque du Soleil a été placé en garde à vue la veille pour avoir cultivé du canna­­bis sur son atoll privé de Poly­­né­­sie française.

8000 plants de canna­­bis saisis dans un entre­­pôt gigan­­tesque à Roubaix

À Roubaix, la police judi­­ciaire de Lille a saisi mercredi 6 novembre une plan­­ta­­tion de canna­­bis à l’échelle indus­­trielle qui l’inquiète au plus haut point.

Ce dealer austra­­lien a eu un paquet de canna­­bis coincé dans le nez pendant 18 ans

En Austra­­lie, un détenu de 48 ans avait caché il y a des années un petit paquet de canna­­bis dans son nez pour éviter de se faire prendre.

Deux trafiquants s’ar­­rêtent pour remer­­cier les doua­­niers, ils se font coffrer avec 4,6 kg de weed

Deux Espa­­gnols ont été inter­­­pel­­lés avec plusieurs kilos de canna­­bis vendredi 11 octobre, au péage de Saint-Maurice-Colom­­bier, après s’être arrê­­tés pour remer­­cier les doua­­niers qui les avait aidés.

En Espagne, des trafiquants de drogue sauvent trois poli­­ciers de la noyade

Un héli­­co­­ptère de la Guar­­dia Civil arrivé en renfort a demandé par méga­­phone aux présu­­més trafiquants de venir en aide à leurs pour­­sui­­vants. Les narcos se sont execu­tés.

Il appelle la police pour récla­­mer la weed que les poli­­ciers lui ont confisquée

Selon lui, des offi­­ciers avaient confisqué à sa femme un sachet « d’une putain de bonne weed ».

L’hé­­li­­co­­ptère du Tour d’Es­­pagne découvre une plan­­ta­­tion de canna­­bis en direct

L’hé­­li­­co­­ptère était en train de filmer le sprint du Français Nico­­las Edet qui prenait ainsi la tête de la Vuelta.

Ce fumeur de weed échappe à la police grâce à une mouette

En empor­­tant cette pièce à convic­­tion juste devant la police suédoise, le vola­­tile a sauvé un homme de l’ar­­res­­ta­­tion.

Des narcos mexi­­cains planquent 4 tonnes de weed dans un camion de jala­­peños

En Cali­­for­­nie, à la fron­­tière mexi­­caine, les agents des douanes améri­­caines ont décou­­vert 4 tonnes de weed char­­gées dans un camion de piments japa­­leños.

Busi­ness et gros sous

Les premiers drones livreurs de canna­­bis débarque­­ront à Seat­tle au prin­­temps

La société GRN, basée à Seat­tle, vient d’an­­non­­cer que les livrai­­sons de canna­­bis par drones débu­­te­­raient au prin­­temps 2020.

Lil Wayne lance sa marque de weed pour vous offrir « la meilleure défonce de votre vie »

Le rappeur de la Nouvelle-Orléans a révélé sur son compte Insta­­gram son nouveau parte­­na­­riat avec la marque de canna­­bis GKUA et la nais­­sance d’une gamme spéciale, née de cette asso­­cia­­tion : GKUA Ultra Premium.

Drake se lance dans le busi­­ness de la weed

Après Jay-Z, Snoop Dogg et bien d’autres rappeurs nord-améri­­cains, Drake vient d’an­­non­­cer qu’il se lançait dans le busi­­ness du canna­­bis légal.

Jay-Z se lance dans le busi­ness de la weed

Jay-Z a flairé un nouveau busi­­ness fumeux. La société cali­­for­­nienne de canna­­bis Caliva a nommé le rappeur direc­­teur stra­­té­­gique de sa marque.

Cette entre­­prise va payer quelqu’un pour rester chez soi à fumer de la weed

L’en­­tre­­prise a annoncé être sur la piste d’un·e candi­­dat·e qui pour­­rait évaluer des produits à base de THC et de CBD pour un salaire montant jusqu’à 47 000 dollars (soit plus de 42 500 euros) par an.

À 19 ans, cet ado est devenu multi­mil­lion­naire en dealant de la weed

On l’ap­pe­lait Kid Canna­bis. L’Amé­ri­cain Nate Norman ache­tait clan­des­ti­ne­ment du canna­bis au Canada pour le revendre à prix d’or de l’autre côté de la fron­tière. D’abord, il est devenu riche puis les choses ont mal tour­né…

Le fils de Noto­­rious B.I.G. lance une marque de weed en hommage à son père

CJ Wallace s’est asso­­cié à Lowell Herb Co., une ferme biolo­­gique cali­­for­­nienne spécia­­li­­sée dans la culture du canna­­bis, pour lancer sa gamme Think BIG.

Comment j’ai créé Weed­craft Inc, le jeu qui vous apprend à vendre du canna­bis

Dans Weed­craft Inc, on apprend les ficelles de la culture du canna­bis pour deve­nir un magnat d’une indus­trie légale parfois, contro­ver­sée souvent.

Crédits : Devol­­­ver Digi­­­tal/Vile Monarch

Mike Tyson construit un village vacances pour fumeurs de weed

L’ex-boxeur inves­­tit dans toutes sortes de produits déri­­vés du canna­­bis, dont la pièce maîtresse de cet empire nais­­sant est le Tyson Ranch. L’été prochain, ce gigan­­tesque village vacances pour fumeurs de joints s’éten­dra sur plus de 165 hectares.

Mike Tyson prétend fumer 40 000 dollars de weed par mois

Tyson a récem­­ment créé sa propre marque. Il fait pous­­ser du canna­­bis dans sa ferme de 16 hectares, en Cali­­for­­nie.

Cette femme gagne jusqu’à 1 000 dollars par mois pour fumer de la weed

Kayla Gerber, 27 ans, est payée 1 000 dollars par mois pour fumer de la weed et rappor­­ter avec assi­­duité ses sensa­­tions et ses impres­­sions.

Comment deve­nir le plus gros vendeur de weed légale de la planète

Bruce Linton, PDG de Canopy Growth
Crédits : Rich­mond Lam

Lancée il y a moins de trois ans, la start-up cana­dienne Canopy Growth est un futur titan du marché de la weed.

Ce géant de la weed a acheté une ville entière

Ameri­can Green Inc. s’est offert une ville fantôme en plein désert du Mojave. L’en­tre­prise compte redon­ner vie aux lieux en atti­rant les voya­geurs grâce au canna­bis. Nipton devien­drait la première ville cali­for­nienne dédiée aux consom­ma­teurs de weed.

Ces rappeurs font fortune dans le busi­ness de la weed

Aux États-Unis, la légis­la­tion lâche de plus en plus de leste au marché du canna­bis. Résul­tat, de nombreux rappeurs connus pour être aussi de gros fumeurs se lancent dans la produc­tion marijuana.

L’an­­cien président du Mexique se lance dans la culture de canna­­bis

L’homme qui a gouverné le Mexique entre 2000 et 2006 a profité de sa venue au CannaMexico World Summit 2019 pour annon­­cer qu’il culti­­ve­­rait désor­­mais de la weed dans son ranch.

Histoire de la weed

Des scien­ti­fiques ont prouvé que les hommes des cavernes fumaient de la weed

Les êtres humains fument des joints depuis très long­temps. En réalité, il semble­rait même qu’ils en fument depuis plus de 10 000 ans. Le canna­bis serait apparu près de 3 000 ans avant n’im­porte quelle autre drogue, et bien avant l’al­cool.

On a retrouvé une tombe de 2800 ans remplie de weed

Pour la première fois, des archéo­logues ont trouvé de nombreux plants de canna­bis dans une tombe datée de 2800 ans, près de la ville de Tour­fan, dans le nord-est de la Chine.

Ça ressemble à ça
Crédits : Hongen Jiang

Toutes les façons dont les Égyp­tiens de l’An­tiquité utili­saient le canna­bis

Il fut un temps où le canna­bis n’était pas si mal vu, bien au contraire. C’était le cas en Égypte ancienne, où la plante était utili­sée en méde­cine et sous plein d’autres aspects. Tous légaux, contrai­re­ment à ce qui prévaut dans de nombreux pays aujourd’­hui.

Ces artistes français du XIXe siècle se réunis­saient dans un club mysté­rieux pour fumer du shit

D’Alexandre Dumas à Eugène Dela­croix, les plus grands artistes français du XIXe siècle firent tous partie du mysté­rieux Club des Haschi­schins.

Les Vikings fumaient-ils de la weed il y a 1000 ans ?

Des archéo­­logues ont décou­­vert en juillet 2019 du pollen de canna­­bis près d’une colo­­nie viking de L’Anse aux Meadows, sur l’île cana­­dienne de Terre-Neuve.

Ces cher­­cheurs ont la preuve que les Chinois fumaient déjà de la weed il y a 2500 ans

En Chine, une équipe inter­­­na­­tio­­nale de cher­­cheurs a décou­­vert des rési­­dus de canna­­bis dans un brûleur d’en­­cens utilisé lors de rites funé­­raires il y a envi­­ron 2 500 ans.

Ces scien­­ti­­fiques pensent avoir décou­­vert le lieu de nais­­sance du canna­­bis

D’après cette étude, les premières plantes magiques seraient appa­­rues il y a envi­­ron 19,6 millions d’an­­nées en Asie centrale, sur le plateau tibé­­tain.

Goodies et événe­ments

Ces fumeurs de canna­­bis ont appelé leurs filles SaTiva et Indica

En octobre 2018, Fred Lee avait annoncé sur Twit­­ter la nais­­sance de sa nièce, SaTiva. Elle a main­­te­­nant une petite sœur dont le nom complet est Indica Akili Jean Quin-Groce.

Miss Canada portait un costume de plant de canna­­bis au concours de Miss Univers

Lors de la soirée du concours inter­­­na­­tio­­nal Miss Univers qui a eu lieu le week-end dernier, Alyssa Boston, Miss Canada 2019, s’est présen­­tée sur scène en reine du canna­­bis.

Les potes de Snoop Dogg lui offrent un bouquet de 48 joints pour ses 48 ans

Pour l’ai­­der à souf­­fler ses 48 bougies, les potes de Snoop Dogg lui ont offert une compo­­si­­tion florale mettant sa plante préfé­­rée à l’hon­­neur.

Snoop Dogg emploie un rouleur de joints à plein temps

En plus d’une dealeuse person­­nelle, Snoop Dogg dispose d’un rouleur de joint à plein temps.

Cette salle de fitness est dédiée aux fumeurs de weed

On sait s’amu­ser dans le Colo­rado. Jenessa Lea a ouvert une salle de fitness réser­vée aux amateurs·­rices de canna­bis. L’ef­fet est garanti et c’est même elle qui four­nit la weed et les bangs.

Cette start-up fabrique des cigares au canna­bis pour les super-riches

Leira Canna­gars s’adresse en prio­rité au public le plus exigeant : les 1 % les plus riches du monde. Sa gamme de cigares arti­sa­naux à la weed promet de trans­for­mer le canna­bis en produit de luxe.

Les fumeurs de weed ont aussi leurs Jeux olym­piques

Ces jeux sont orga­ni­sés chaque année depuis 2014. Ils réunissent des adeptes du canna­bis dans diffé­rentes villes améri­caines où le canna­bis est légal. Dans le but de prou­ver que marijuana ne rime pas toujours avec passi­vité.

Les chats ont main­te­nant leur chan­na­bis

L’en­tre­prise améri­caine Meowijuana parie qu’ils vont adorer son herbe. Ce « chan­na­bis » est vendu en sachet, en pot, en blunt, dans une boîte à cigare ou dans des joints déjà roulés comme de l’au­then­tique skunk.

Ce photo­graphe s’est immergé pendant un an dans l’in­dus­trie de la weed

Ezra Soifer­man a convaincu l’en­tre­prise Tweed de l’ac­cueillir en rési­dence pendant un an. Ce photo­graphe a passé 12 mois entre les plantes, les culti­va­teurs et les fumeurs, pour poser son regard d’ar­tiste sur un phéno­mène social en plein boom.

Cette église vous propose un mariage à la weed

L’Église Inter­na­tio­nale du Canna­bis de Denver a ouvert ses portes le 20 avril dernier. À l’in­té­rieur, on y fume de la weed en obser­vant le plafond peint par l’ar­tiste Kenny Scharf. Très prochai­ne­ment, un premier mariage devrait être célé­bré dans ce lieu de culte d’un nouveau genre.

Cet homme est le Mozart du roulage de joints

Tony Green­hand se consi­dère comme un arti­san. Il ne travaille ni la terre, ni le bois, mais bien la weed. Ce ne sont pas ses plantes qui ont rendu Tony célèbre, mais ses joints. Le jeune homme les roule sous toutes les formes, de Pika­chu à Mike Tyson. Après avoir fait rires ses amis, les créa­tions de Tony se vendent aujourd’­hui à des prix affo­lants dans l’Ore­gon, où le canna­bis est dépé­na­lisé.

Les œuvres de Tony « la main verte »

Avec ces incroyables bangs en verre, fumer de la weed devient un art

Dans les années 1990, Bob Snod­grass était l’un des pion­niers de la confec­tion artis­tique de pipes à canna­bis. Réunis à la gale­rie ApexArt, ses disciples exposent aujourd’­hui des bangs à l’es­thé­tique plus contem­po­raine, voire futu­riste.

Voici le couple de génie qui a changé la pancarte Holly­wood en Holly­weed

Le 1er janvier, le panneau Holly­wood qui surplombe la ville de Los Angeles est devenu “Holly­weed”, aux premières heures du jour. Un clin d’œil qui faisait réfé­rence à l’au­to­ri­sa­tion récente du canna­bis dans l’État de Cali­for­nie.

Des photos d’ados améri­cains fumant du canna­bis prises pour le gouver­ne­ment en 1973

Dans les années 1970, l’Agence de protec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment des États-Unis, tout juste créée, a donné pour mission à 100 photo­graphes de parcou­rir le pays pour réali­ser des séries docu­men­taires sur l’Amé­rique de l’époque.

Top Chef Weed

En Alle­­magne, un space cake est servi par erreur lors d’un enter­­re­­ment

À Wietha­­gen, dans le nord-est de l’Al­­le­­magne, un space cake à été servi en marge de funé­­railles.

Arrêté pour posses­­sion de canna­­bis, un chef italien explique « tester de nouvelles saveurs »

Les cara­­bi­­niers ont trouvé deux plants d’herbe de deux mètres de haut et de nombreux produits aroma­­ti­­sés au canna­­bis tels que du vin, des olives, du café et du thon.

Ce boucher de Marseille cartonne avec sa saucisse au canna­­bis

Luca Morand vient à peine de lancer sa chipo­­lata à la fleur de canna­­bis. Il est déjà en rupture de stock.

Ce restau­­rant trois étoiles sert sa soupe aux cham­­pi­­gnons dans un bang

Dans le bang ? Point de weed, mais un bouillon aux cèpes concocté par le chef améri­­cain Thomas Keller.

La version améri­­caine des Dragi­­bus existe main­­te­­nant infu­­sée au canna­­bis

Le créa­­teur des fameux bonbons Jelly Belly est arrivé au mois de mars 2019 avec une nouvelle gamme de saveurs inédites : des Jelly Belly infu­­sées au canna­­bi­­diol (CBD) selon trois options : origi­­nales, sans sucre ou acides.

Ce chef cuisine tout à base de canna­bis

« Jeff The 420 Chef » ? Seuls les fervents consom­ma­teurs de canna­bis saisi­ront la réfé­rence derrière le nom étrange de ce cuisi­nier. Jeff cuisine pour eux. Il a élaboré toute une gamme de recettes enri­chies à l’huile ou au beurre de canna­bis.

Il existe désor­mais du vin au canna­bis

Imagi­nez lais­ser infu­ser une tête de beuh dans un verre de vin. Le procédé est un peu plus complexe, mais l’idée est là. Voilà quelques années que ce mélange est en phase de test. Il existe désor­mais des produc­teurs aux États-Unis, mais aussi en Europe.

Miguel Trini­dad, le virtuose de la cuisine au canna­bis

Miguel Trini­dad est né et a grandi à New York. Il est Chef, adore le canna­bis et ne s’en cache pas. Proprié­taire de plusieurs restau­rants à succès (les bars gastro­no­miques 99th Floor, Jeep­ney et Mahar­lika), Trini­dad a su gagner sa renom­mée grâce à sa cuisine du monde au canna­bis.

Ce soda est infusé à la weed

La marque Sprig promet une bois­son pétillante, rafraî­chis­sante et planante. L’en­tre­prise cali­for­nienne fabrique un soda infusé à la weed et conte­nant du THC. Elle se présente comme le premier soda à la ganja, mais avec un bon goût.

Cet appa­reil permet de tout cuisi­ner à l’huile ou au beurre de canna­bis

L’in­dus­trie du canna­bis est en plein essor et tous les secteurs de la consom­ma­tion sont progres­si­ve­ment infil­trés. Il n’y a qu’à voir l’in­fu­seur d’huile LEVO, qui permet d’in­fu­ser n’im­porte quelle huile ou beurre alimen­taire avec du canna­bis (ou n’im­porte quelle autre herbe).

Ganja Grindz vend du café au canna­bis pour bien commen­cer la jour­née

On peut s’in­ter­ro­ger sur les risques éven­tuels d’une combi­nai­son entre la caféine et le THC, mais des cher­cheurs ont affirmé que les deux stimu­lants n’in­fluaient pas néga­ti­ve­ment l’un sur l’autre dans l’or­ga­nisme.

 

Marke­ting dans le marché noir

Ce dealer lyon­­nais a créé Uber Sheat, le Uber du shit

Repre­­nant les codes du service de livrai­­son de nour­­ri­­ture à domi­­cile, un dealer lyon­­nais a créé son service de livrai­­son de canna­­bis.

À Nice, des flèches sur les murs guident le client jusqu’au dealer

Dans le quar­­tier de La Bornala à Nice, les dealers ont peint des flèches sur les murs afin de guider les clients vers les trafiquants.

En Bretagne, des offres d’em­­ploi pour dealers affi­­chées sur les arrêts de bus

Elles n’ont pas été rédi­­gées par des vendeurs de drogue mais par des rive­­rains excé­­dés par le trafic dans le quar­­tier.

À Marseille, des dealers font la pub de leurs produits sur une pancarte en pleine rue

Sommaire, mais bien détaillé, le menu fait maison se trouve aux portes de la cité Jean Jaurès, dans le XIVe arron­­dis­­se­­ment de la ville.

À Toulouse, les dealers font du marke­ting pour fidé­li­ser leurs clients

PNL n’a de cesse de le répé­ter, le plus impor­tant dans ce busi­ness, c’est de faire des « ients-ients fidèles », autre­ment dit de fidé­li­ser le client. Une maxime que les dealers de la Reyne­rie, l’un des quar­tiers du Mirail, zone sensible de Toulouse, ont pris au pied de la lettre.

Crédits : Sarah Thuault-Ney

Comment les cartels mexi­cains s’ins­tallent en Cali­for­nie

Face aux gangs de culti­va­teurs de canna­bis qui enva­hissent les forêts cali­for­niennes, les forces armées du comté de Mendo­cino orga­nisent la contre-attaque.

Ce dealer offrait des tickets à grat­ter avec son shit

Les jeux à grat­ter peuvent être une drogue. Ou accom­pa­gner celle-ci. À Cesson, en Seine-et-Marne, un dealer offrait des tickets de Goal avec chaque sachet de weed.


Couver­ture : Unsplash


 

Plus de weed